Ecole Supérieure des Transports

L'enseignement au cœur du transport et de la logistique

Espace presse

Ci-dessous quelques extraits de la revue de presse de l'E.S.T. - Ecole Supérieure des Transports.
le-journal-de-la-logistique-ecole-superieure-des-transports
le-journal-de-la-logistique-ecole-superieure-des-transports

ligne doree

Newsletter du 22 janvier 2014 de Supply Chain Magazine

Mardi 14 Janvier : un démarrage de l’année ‘sur les chapeaux de roues’ pour l’E.S.T. - Ecole Supérieure des Transports avec le lancement de l’Excutive MBA ‘Global & Domestic Transport Management’.

C’était la rentrée pour les 10 ‘Mastérants’, cadres supérieurs, de ce MBA innovant, mais aussi pour les dirigeants des entreprises partenaires du MBA, cofondateurs et animateurs de la formation (SDV, Schneider Electric, Vente-Privee.com, Sephora, Danone, DB-Schenker Joyau, ALIS International, Faurecia, Geodis, Groupe Charles André, UPS, Daher, Guerlain, DHL Global Forwarding France et DHL Supply Chain et STVA).

Après la conférence d’ouverture  par Jos Marinus (Président de l’ELA – European Logistic Association) sur la Supply chain et ses évolutions et le mot de bienvenue du Président de l’E.S.T. , Pierre Enderlé, rappelant la genèse et la construction de ce cursus à la demande de la profession, l’après-midi a été consacrée à la présentation détaillée du programme et aux premiers échanges entre partenaires et ‘Mastérants’.

Le début d’une cross-fertilisation bien amorcée qui a enchanté les uns et les autres et se poursuivra sur les 10 sessions à venir en 2014, à l’E.S.T. et chez les partenaires.

Jean DAMIENS, Directeur de l’E.S.T. – Ecole Supérieure des Transports
Maryline POUBEAU-TEXIER, Responsable du développement de l’Excutive MBA ‘Global & Domestic Transport Management’

Excutive MBA Global  Domestic Transport Management      MASTER Excutive MBA Global  Domestic Transport Management

rectangle dore Cette actualité est également publiée dans la Newsletter du 22 janvier 2014 de Supply Chain Magazine.


ligne doree

La lettre du transport routier
3 questions à

L’E.S.T. (école supérieure des transports) vient de lancer un Executive MBA* pour les professionnels du transport et de la logistique « Global and Domestic Transport Management ». Le point sur ce nouveau venu dans l’univers de la formation  transport  avec Jean Damiens, Directeur de l’EST

 A qui s’adresse ce MBA?

Ce programme s’adresse aux managers à haut potentiel, qui sont à la recherche d’ « un accélérateur de carrière ». Cette formation d’un an est destinée aux cadres supérieurs des PME du transport et de la logistique ou de grands groupes chargeurs et prestataires. L’intégration de jeunes diplômés est aussi possible.

 Quels sont les objectifs pédagogiques du MBA?

Le MBA vise à renforcer les compétences pour la prise de direction d’entreprise et développer l’expertise dans la conception et le pilotage des organisations supply chain nationales et internationales. Ce nouveau cursus permettra d’acquérir une vision globale et transversale de l’entreprise et de son environnement. L’organisation et le programme du cursus ont été développés en ce sens : 10 sessions, ou modules de cours, de 4 jours par mois qui sont dispensés à l’école ou en entreprise en France ou à l’étranger. Les postes ciblés à l’issue de la formation sont par exemple patron de filiale ou de division, membre du comité de direction chez les prestataires, directeur des transports au sein d’entités industrielles, de négoce ou de distribution.

 Quels sont les points forts de ce MBA ?

C’est le MBA des professionnels du transport et de la logistique pour les professionnels du transport et de la logistique. Il colle à la réalité et aux problématiques de pilotage d’entreprises. Son dispositif pédagogique, novateur, repose sur le partenariat avec des entreprises qui font référence dans chacun des domaines étudiés. Les contenus de formation et mises en situation ont été élaborés avec les dirigeants et collaborateurs de ces entreprises partenaires, lesquels animent les différents modules.

 Pour en savoir plus sur l’EST et le MBA, rdv sur http://www.mbaest.com

 *Le MBA est un diplôme international d’études supérieures du plus haut niveau (BAC +5/+6) dans le domaine de la conduite globale des affaires. Dispensé en langue anglaise, il s’adresse avant tout à des cadres expérimentés en vue d’intégrer des directions générales.

rectangle dore La lettre du transport routier n°1260 – 24/02/2013-02/03/2013.

Voir l’article original

ligne doree

Le Journal de la Logistique
L’E.S.T. lance un executive MBA

L’école supérieure des transports (EST) lance son Executive MBA "Global and Domestic Transport Management" à destination des cadres et dirigeants du transport et de la logistique chargeurs et prestataires. Ce nouveau programme se veut entièrement spécialisé transports, au cœur des supply chain actuelles et des problématiques de pilotage d’entreprises. Il sera conçu selon l’EST "comme un accélérateur de carrière pour ses participants". L’EST mise ainsi sur le partenariat avec des entreprises référence dans chacun des domaines étudiés et sur des contenus de formation et des mises en situation élaborés avec les dirigeants et collaborateurs de ces entreprises partenaires, lesquels animent les différents modules.

rectangle dore Le Journal de la Logistique n°102 – Janvier/fFévrier 2013, p.22

Voir l’article original

ligne doree

Supply Chain Magazine

« Un M.B.A. pour donner au transport ses lettres de noblesse »

Photo Oberle

Interview de Jean Oberlé, Vice-Président des transports de Schneider E.lectric

L’E.S.T. (Ecole Supérieure des Transports) lance le M.B.A. « Global & Domestic Transport Management », une  initiative qui vise à donner une formation d’excellence pour cadres et dirigeants du transport. La formation se déroule sur un an avec un volume global de 308 heures d’enseignement, complété par la soutenance. L’organisation des études comprend un séminaire d’intégration, 10 sessions de quatre jours par mois, à l’Ecole et en entreprise (France ou étranger). Elle se déroule en anglais et en français et associe des entreprises partenaires (industriels, distributeurs, 3 PL). Une dizaine de thématiques sont organisées en modules de durée variable selon l’importance du sujet. Le Groupe Schneider Electric est l’une des toutes premières entreprises à avoir répondu positivement au projet. Jean Oberlé, Vice-Président des transports du groupe nous en donne les raisons.

Supply Chain Magazine : Pourquoi un groupe industriel comme Schneider Electric s’est-il engagé dans ce partenariat avec l’E.S.T ?

Jean Oberlé : Je n’ai pas connaissance de l’existence en Europe d’un programme de haut niveau dédié au transport. Certes, il existe pléthore de formations en Supply Chain Management mais elles ne répondent pas aux besoins des entreprises qui doivent pouvoir recruter de vrais spécialistes du transport pour piloter cette activité qui représente non seulement des budgets très importants, mais revêt aujourd’hui une importance stratégique dans la satisfaction client. Dans notre métier de spécialiste mondial du management de l’énergie, nous sommes de plus en plus confrontés à des problématiques liées à la mobilité (voiture électrique, smart cities, réduction des émissions de gaz à effet de serre…). Par ailleurs, le transport est au cœur d’un nombre important de transformations de l’entreprise. Pour ces deux raisons, il nous est apparu logique que Schneider Electric réponde à l’appel de l’E.S.T. et s’investisse dans un partenariat pour construire ce nouveau programme M.B.A.

SCMag : Quels commentaires vous inspire son dispositif où les partenaires sont à la fois co-fondateurs, co-constructeurs et co-animateurs de ce programme ?

J.O.: Dans le transport, nous avons la chance d’opérer dans un secteur d’activité qui est en prise avec l’économie réelle. Nous sommes ainsi au cœur de tous les changements que connaît le monde dans lequel nous vivons. La conséquence, c’est que les choses évoluent très vite dans le domaine de la Supply Chain où la gestion des aléas fait partie du quotidien : du jour au lendemain, des fournisseurs peuvent mettre la clef sous la porte, des temps de transit maritime peuvent augmenter subite­ ment, des technologies disruptives peuvent transformer une roadmap informatique, des catastrophes naturelles peuvent nous amener à repenser complètement nos Supply Chains, etc. Dans un monde aussi volatile, une formation académique classique ex-cathedra administrée par un « sachant » ne correspond pas au monde dans lequel nous vivons. A l’heure des réseaux sociaux et des Supply Chains agiles, une grande partie de l’acquisition des connaissances se fait à travers l’interaction que l’on peut avoir avec un réseau collaboratif où chacun apporte sa part de vérité en échange d’une partie du savoir des autres. Le M.B.A. de l’E.S.T. peut jouer ce rôle d’écosystème favorisant ces échanges nécessaires pour bâtir un hub de compétences capable de délivrer une formation la plus à jour possible, en collant à la réalité mouvante de ce que vivent les 3 PL et nos entre­ prises.

SCMag :Quels avantages y voyez-vous pour votre entreprise et la profession ?

J.O. : J’en citerais quatre en particulier : la possibilité de recruter des personnes formées au management des activités transport d’une entreprise, être en mesure d’en­ voyer des collaborateurs particulièrement talentueux et performants obtenir un diplôme valorisant et reconnu sur le marché du travail et pouvoir interagir avec des élèves qui ont à ce niveau forcément des expériences intéressantes à faire partager. Enfin, être en capacité de développer des compétences dans des domaines spécifiques du transport que nous ne maîtrisons pas toujours très bien grâce aux contacts que nous serons amenés à tisser avec le corps professoral et avec les animateurs de la formation.

SCMag : Quel pourra être son impact sur les métiers du transport ?

J.O.: Grâce à cette formation, il est possible de donner au transport les lettres de noblesse qu’il mérite. Je suis toujours étonné de voir comment les organisations transport sont positionnées dans la plupart des grands groupes. Le transport est malheureusement souvent la dernière « roue du carrosse », partant du principe que le business décide et que la logistique doit suivre. Aujourd’hui, les entreprises qui cherchent à progresser ont compris qu’il faut mettre le client au centre de leur Supply Chain. Or, le transport est l’une des activités la plus connectée au client. C’est pour­ quoi les entreprises doivent pouvoir s’appuyer sur des pro­ fils de spécialistes tout aussi capables de parler business avec des patrons de différents pays que d’entrer dans des discussions pointues avec un contrôleur financier, un CEO, un patron industriel ou encore d’engager des négociations stratégiques avec des 3PL.

SCMag : Qu’en attendez-vous précisément ?

J.O. : N’ayant aucun doute sur le succès que rencontrera ce nouveau programme, j’ai tout simplement hâte de rencontrer les élèves de la première promotion, ainsi que mes pairs avec qui nous aurons la lourde responsabilité de transmettre notre passion de ce métier du transport.

PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-PHILIPPE GUILLAUME

rectangle dore Supply Chain Magazine n°74, mai 2013, p.12-13

Voir l’article original